Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

40 ANS DE BUTEURS A MARSEILLE OU LES SOUVENIRS D'UN PASSIONNE DE L'OM (PARTIE III)*

* Pour tous ceux qui ont l'OM au coeur (même comme ce soir après 2 défaites consécutives contre le PSG...)

 

 

Pour remplacer le buteur en série et le métronome du but, Josip Skoblar, il fallait forcément un joueur aussi efficace et talentueux.

Du talent et de la grande classe, Paulo César n'en manquait pas. Sacré champion du monde avec la plus grande sélection brésilienne de tous les temps quelques années auparavant, le fantasque milieu offensif sud-américain était avant tout un artiste du ballon rond. Ses gris-gris, ses passements de jambes et ses feintes faisaient à chaque fois chavirer de plaisir le chaud bouillant public marseillais, qui, plus que tout autre public au monde, est particulièrement friand de ce genre de spectacle.

Remarquable tireur de coups francs et technicien hors pair, le génial brésilien allait diriger avec brio les offensives de l'OM pendant l'unique saison où il porta le célèbre maillot blanc.

Ponctuant chacune de ses réalisations d'un pas de samba, le brésilien allait devenir au fil des matchs la coqueluche d'un stade vélodrome qu'il arrivait à mettre en fusion à l'issue de chacune de ses actions venues d'ailleurs.

 

Chef d'orchestre et véritable 9 et demi, Paulo César était malheureusement bien plus assidu des boites de nuit marseillaises que des entrainements matinaux. Et les caprices de la star brésilienne finirent par lasser un staff technique et des dirigeants qui ne savaient plus comment contrôler leur génial meneur de jeu. Une fugue inopinée de la star, chez lui au Brésil, un beau matin pas fait comme les autres, mit définitivement un terme à sa carrière olympienne. Adieu l'artiste!

 

Son compère de l'attaque marseillaise, un certain Jaïrzinho, grand avant-centre de la sélection brésilienne, faisait partie des valises de Paulo César lorsqu'il arriva sur la Canebière.

Dans la mémoire des marseillais, ils restent indissociables.

Le duo fonctionna à merveille pendant trop peu de temps, hélas, à la tête de l'attaque phocéenne, montrant à maintes reprises un maximum d'efficacité.

Ce match où il fut présenté au public marseillais pour la première fois contre l'équipe de l'AS Monaco marqua véritablement le début d'une folle histoire d'amour entre lui et le stade vél'. Marquant son entrée par un but, Jaïrzinho, moins fantasque que son compère Paulo César, allait lui aussi imposer sa marque et marquer toutes les mémoires par sa classe et son efficacité devant le but adverse. Un personnage attachant en tout cas dont le sourire reste dans toutes les mémoires marseillaises.

 

PAULO CESAR               JAIR

 

Tag(s) : #Sport

Partager cet article

Repost 0