Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lutte courageuse des techniciens de la centrale nucléaire de Fukushima soulève la question de la mutualisation des connaissances et des moyens de secours internationaux dans le cas d'un accident majeur touchant une centrale nucléaire. Le monde déjà traumatisé et meurtri par l'accident de Tchernobyl n'a tiré visiblement aucune leçon des accidents du passé. Ne serait-il pas pourtant opportun de le faire à l'avenir ?

Un tremblement de terre d'une rare violence (9 sur l'échelle de Richter) a frappé le Nord-Ouest du Japon, il y a près de deux semaines. Un tsunami s'en est suivi, déferlant sur les côtes Est de l'archipel japonais, faisant des dizaines de milliers de victimes. La conséquence majeure a été l'endommagement des circuits de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima par noyage des pompes primaires et de secours des circuits. Il s'en est suivi une série d'accidents sur les six réacteurs de la centrale provoquant des fuites radioactives dans l'environnement, mettant en danger toutes les populations de l'hémisphère Nord.

Les équipes de secours japonaises livrent un combat admirable et courageux pour rétablir l'électricité dans la centrale et maîtriser de nouveau le combustible nucléaire. Le monde entier assiste, complètement impuissant, à la tragédie nipponne. Et pourtant, depuis la conception de la centrale jusqu'à l'accident et les moyens de circonscrire les effets nocifs des accidents se succédant en cascade sur les réacteurs de la centrale, les spécialistes du monde entier auraient certainement leur mot à dire.

D'abord, sur l'installation de cette centrale à quelques dizaines de kilomètres d'une faille de la croûte terrestre qui plus est, se trouve en bordure des côtes de l'océan Pacifique. Ensuite, sur les moyens de sécurité nécessaires pour pallier aux conséquences d'un accident enchaînant un tremblement de terre de magnitude 9 et un tsunami. Enfin, sur les moyens de lutter efficacement sur ce type d'accident ou de trouver des parades aux fuites radioactives et leur épanchement dans l'environnement.

Au lieu de cela, c'est silence radio ! Certes, les Japonais sont effectivement reconnus pour être un peuple pudique et fier, mais quand même, cela n'explique pas tout. La communauté internationale gagnerait en effet en s'organisant efficacement pour mettre en œuvre un partage de ses connaissances et de sa technologie nucléaire pour minimiser les effets dévastateurs d'un accident majeur ayant lieu sur une centrale nucléaire.

Anti-Atom-Demo in Berlin 26.03.2011CIMG0401CIMG0393

Tag(s) : #Ecologie

Partager cet article

Repost 0