Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vendredi 13 novembre 2015 - 22h40.
Confortablement installé devant mon poste de téléviseur, je regarde presque assoupi la fin de la rencontre internationale et amicale de football France-Allemagne. Plus que quelques minutes d'une rencontre rendue soporifique à cause du manque de passion et de conviction des joueurs de la rencontre. Je n'ai même pas fait attention lorsqu'une bonne heure plus tôt une première déflagration a retenti dans le lointain (parfaitement audible en direct à l'écran) faisant sursauter l'un des joueurs de l'équipe tricolore. Même pas. Et puis après? On est dans un stade de foot et si je l'avais perçu, j'aurais simplement conclu à un gros pétard voire à une bombe agricole qui -et oui, c'est courant- explose de temps à autre dans ces enceintes sportives. Soudain, le commentateur fait état " d'événements graves" se déroulant dans Paris au moment où il parle. La rédaction de TF1 annonce une émission spéciale immédiatement après le match. Bienvenue en enfer....


Un cauchemar en direct
Comme bien souvent en pareil cas, l'équipe de journalistes distille une série d'informations partielles et incomplètes. On parle de kamikazes qui se seraient fait exploser aux abords du stade. Les images des spectateurs bloqués dans l'enceinte n'augurent rien de bien sur ce qui est entrain de se passer.

Très vite, il est fait état d'une fusillade dans un restaurant dans le centre de Paris. Il y aurait des victimes, beaucoup même... La sale impression de revivre le même cauchemar qu'en début d'année lorsque les frères Kouachi et Coulibaly avaient terrorisé la capitale. Dans le même quartier d'ailleurs. Bizarre comme l'Histoire se répète...

La tragédie en direct prend même des allures de catastrophe lorsqu'on apprend que ce n'est pas une mais plusieurs fusillades qui auraient éclaté en différents endroits de la capitale. Le bilan humain annoncé est déjà lourd et comme souvent s'amplifie au fil des minutes. On parle d'abord d'une vingtaine de morts, de dizaines de blessés, puis quelques minutes plus tard, ces chiffres doublent.

Que se passe-t-il à Paname? Une attaque en règle?

"Une sorte de Pearl Harbor à la Française ma parole!", pensais-je sur le moment. Mais la nuit infernale ne fait que commencer. Les journalistes font bientôt état d'un commando de terroristes dans la salle de concert du Bataclan. Là aussi, il y aurait des morts et des blessés par dizaines... Pire qu'un film gore, lorsque la réalité dépasse la fiction... J'ai du mal à y croire.

Que se passe-t-il vraiment à Paris en ce 13 novembre? La réelle sensation de vivre un cauchemar en direct et ce n'est pas l'intervention soudaine en direct du chef de l'état qui arrive à me rassurer, bien au contraire. Je ne retiens qu'une chose "vous avez raison d'avoir peur". Fortement ému, le Président a du mal à cacher son désarroi et son impuissance. Il parle d'attaques terroristes et de guerre. D'état d'urgence. J'en avais presque oublié que notre pays était bien en conflit déclaré avec l'EI depuis le début de l'année.


Culture de mort vs culture de vie
Les minutes passent, le nombre des victimes augmente de façon exponentielle. Il sera temps d'analyser plus tard ce que nous sommes tous entrain de vivre ce vendredi soir. Le terrorisme est toujours aveugle, je le sais depuis le temps mais je ne peux m'empêcher de me poser encore et toujours la même question : pourquoi? Pourquoi ces lieux et ces gens? Quelle est la motivation de ces individus? Il doit bien en avoir une... Je ne peux pas croire en une violence gratuite et aveugle. Ce n'est pas possible. Et pourtant, il n'y a aucune explication rationnelle.

Ces individus ont bel et bien tiré et assassiné des personnes pour faire le maximum de victimes et traumatiser la France. C'est réussi. Une chape de plomb est tombée sur la France. L'émotion est partout palpable sur les visages des Français. Tout le monde se sent concerné. Je me sens responsable. Tout le monde se sent responsable. C'est curieux, ce sentiment de malaise et de solidarité qui s'empare de chacun de nous et qui semble traduire quelque chose comme "pourquoi eux et pas nous?". Les terroristes auront au moins réussi cela, ressouder le peuple français alors que le but était opposé, bien sûr.


Je ne peux m'empêcher aussi de noter que la quasi totalité des terroristes sont Français. Quand des Français attaquent d'autres Français, cela fait penser aux pires heures de notre Histoire pendant l'Occupation, il y a tout juste 70 ans. Comment en est-on arrivé là?


Et puis, il y a cette culture de mort, cette façon de mépriser la vie jusqu'à se faire exploser soi-même. Alors, pensez, les autres... Culture de mort contre notre culture bien française de la convivialité et de la fête. "La vie quoi!" comme dirait un chanteur populaire... Mais, je n'ai vraiment pas le coeur à sourire, plus du tout même. L'enjeu est là, ne cherchez pas.


War & Hate
Notre génération a été nourrie de mai 68. Nous avons grandi avec les conséquences de cette révolution sociétale. Aujourd'hui, force est de constater que ce message ne passe plus auprès des jeunes générations issues de l'immigration. "Peace & Love" s'est transformé pour certains en "War & Hate". Guerre en Syrie, Djihad en Irak au profit de l'état islamique. Haine de l'autre, de celui qui est différent et de celui qui n'applique pas les soi-disant préceptes de l'Islam. Comment en est-on arrivé là? Un nouveau totalitarisme est né. Pourvu qu'il subisse le même sort que son frère nazi.


In memoriam
Sur cette page internet, les photos des victimes qui s'alignent. Souriants, insouciants, les visages sont pour la plupart jeunes et beaux. Femmes, hommes, noirs, blancs, métis, étrangers, Français, tous mélangés, tous ensemble tombés sous les balles de la barbarie. Le terrorisme a fauché sans discernement, accomplissant ainsi son oeuvre diabolique contre nos valeurs, contre notre liberté. Un crime contre l'Humanité toute entière, ni plus ni moins.

Tag(s) : #politique

Partager cet article

Repost 0