Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

American....Bof!

“American Bluff” un dimanche après-midi? Pourquoi pas! En tout cas, la bande annonce était suffisamment alléchante avant le coup, le casting suffisamment prometteur avec Bradley Cooper, Christian Bale et la belle Amy Adams pour que je franchisse définitivement le pas et décide de me rendre au cinéma, l'autre dimanche après-midi. Fauteuil moelleux, bandes annonces et pubs en guise d'amuse-gueule...Douce torpeur qui m'envahit... Bref que du classique jusqu'à l'extinction des feux et l'écran qui s'allume. Et la magie du cinéma qui recommence, encore et toujours. Place au spectacle.

Le thème


L'histoire vraie d'un petit escroc de New-York contraint à collaborer avec le FBI pour essayer de coincer de plus gros bonnets de la politique et du milieu de la nation à la bannière étoilée.

Les acteurs


S'il y a une chose à retenir de ce film, c'est bien son interprétation. D'abord, un Christian Bale en petite frappe du Bronx très soucieux de sa pilosité crânienne qu'il a perdue et qu'il essaie de reconstituer en usant d'artifices. Plus que son personnage de petit escroc, c'est son interprétation d'américain moyen de la fin des années 70 que l'on retiendra dans ce film. Christian Bale joue en effet le rôle d'un antihéros bedonnant à lunettes bombées ne supportant pas sa calvitie qui décide de se lancer dans les affaires. Chemises à grands cols, pantalons pat d'eph mis en valeur dans les boites à la mode par des boules à facettes, le temps béni du Disco sert vous l'avez compris d'environnement et de fond au film.

Bradley Cooper en agent du FBI imbu de sa personne et présomptueux signe une remarquable interprétation également.

Amy Adams en stripteaseuse reconvertie en intermédiaire mythomane est magnifique de beauté et de sensualité.

Enfin, signalons dans un petit rôle, le géant Robert De Niro incarne un mafieux célèbre avec son brio habituel.

Le résumé du film


Wikipédia : "1978 dans le New Jersey, Irving Rosenfeld, escroc et usurier, rencontre Sydney Prosser, ancienne danseuse devenue secrétaire dans un magazine de mode, à une fête. Séduits l'un par l'autre, ils ne tardent pas à devenir amants et associés, Sydney améliorant les escroqueries de prêt financier de Rosenfeld en se faisant passer pour une aristocrate anglaise. Bien que formant un couple assorti, Irving, marié, n'est pas prêt à laisser son fils adoptif, Danny, à son épouse, Rosalyn, alcoolique et instable, qui refuse de divorcer. Un jour, l'une de leurs combines vaut à Sydney d'être arrêté par l'agent du FBI Richie DiMaso, qui est prêt à la relâcher et à abandonner les charges, à condition qu'elle, dont il croit qu'elle est anglaise alors qu'il a découvert qu'elle n'était pas aristocrate, et Irving, montent une opération visant à confondre des politiciens corrompus et à aligner quatre arrestations."

Mon avis


Le personnage incarné par Christian Bale, Irving Rosenfeld démarre dans la vie en exploitant le fond de commerce qu'il a hérité de son père. La chaine de pressing ne va bientôt plus lui suffire. Il décide alors de se lancer dans les affaires plutôt douteuses. Il repère les "bonnes poires" endettées pour les mettre en cheville avec les banques en touchant au passage une commission. Mais à ce petit jeu là, la séduction prime et c'est tout naturellement qu'il s'attache les services d'une ravissante stripteaseuse dont il va tomber amoureux et en faire sa maitresse. Mais vite repéré par le FBI, le couple va devoir collaborer avec les autorités.

Sur le thème éculé du malfaiteur coincé et contraint de collaborer, David O' Russell, le metteur en scène signe un film avec un scénario bien construit et une histoire plutôt solide. Malheureusement, l'interprétation (bonne) et le bon scénario ne suffisent pas à donner au film le tonus et l'attrait qu'il aurait dû avoir. Pire, les scènes -de plus en plus longues-deviennent ennuyeuses au fur et à mesure des 2 heures et quart que dure le long métrage. Et ce n'est pas la superbe bande sonore reprenant tous les standards musicaux de la fin des années 70 qui arrive à sortir le film de sa torpeur. Non, hélas, loin de là!

Pourtant, le début du film est plutôt encourageant avec la présentation des personnages principaux. Mais tout doucement, le film tombe dans une médiocrité que le jeu des acteurs n'arrive pas à éradiquer. Même le grand Robert De Niro n'arrive pas à sauver le film du quelconque. La fin du film aussi n'a aucune originalité même si -heureusement pour le spectateur- l'effet de surprise final est soigneusement préservé.


Bref, je me suis un peu ennuyé l'autre dimanche en allant voir ce film dont la distribution et le teasing, comme on dit aujourd'hui, avaient l'air particulièrement prometteurs. Comme quoi, un film peut ne pas être réussi même si l'interprétation et le scénario sont bons!

Pour moi, c'était plutôt américan bof, l'autre après-midi!

Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost 0